S'abonner au flux RSS des actualités

4 février 2017

Journée mondiale contre le cancer

Mis en ligne le vendredi 3 février 2017

Le cancer est la première cause de mortalité dans le monde. De nombreux facteurs génétiques, hormonaux, environnementaux (tabac, rayonnement solaire, expositions professionnelles …) ainsi qu’une alimentation trop riche associée à une activité physique insuffisante peuvent favoriser au développement d’un cancer.

Certains cancers (cancer du sein, du colon…) peuvent  être diagnostiqués avant l’apparition de leurs premiers symptômes grâce au dépistage, permettant un traitement plus précoce avec de meilleures chances de guérison. Dans certains cas, le dépistage peut même permettre d’éviter l’apparition d’un cancer grâce au repérage et au traitement d’une anomalie qui aurait pu évoluer en cancer (cancer du col de l’utérus…).

Un tiers au moins de l’ensemble des cas de cancer sont évitables. La prévention constitue la stratégie à long terme la plus rentable pour lutter contre le cancer en modifiant nos modes de vies et en se faisant dépister régulièrement.

  • Arrêter de fumer : il faut savoir que fumer s’est inhaler  des substances chimiques tels que la nicotine, des goudrons, des métaux lourds, de l’acétone, de l’acide cyanhydrique et de l’ammoniac, du monoxyde de carbone, etc….Le tabac tue près de 6 millions de personnes chaque année dans le monde dont 5 millions sont des fumeurs et plus de 600 000 des non-fumeurs exposés au tabagisme passif.
  • Baisser sa consommation d’alcool, même une faible consommation (1 verre par jour) présente des risques. L’alcool est responsable de 15 000 décès par cancer par an. Il représente le deuxième facteur de risque de cancer après le tabac. On estime que la part des cancers attribuables à cette consommation s’élève à 10,8 % chez l’homme et 4,5 % chez la femme.
  • Pratiquer une activité physique. Qu'elle soit sportive ou pratiquée dans le cadre de la vie courante ou professionnelle, l’activité physique a de nombreux effets bénéfiques sur la santé, notamment dans le cadre de la prévention de maladies chroniques comme les cancers. Par ailleurs, elle limite le risque de surpoids et d’obésité.

Environ 2 200 décès par cancers pourraient être imputables à l’inactivité en 2000.

  • Equilibrer son alimentation en mangeant au moins 5 portions de fruits et légumes par jour, des produits laitiers et des aliments contenants des fibres.
  • Limiter les expositions solaires. On peut prévenir les cancers de la peau en se protégeant des UV par des vêtements protecteurs, des produits UV et en examinant sa peau de façon à signaler à son médecin tout changement d’aspect.

Par ailleurs, il faut éviter le réchauffage des aliments en four à micro-ondes ou en cuit-vapeur dans des contenants alimentaires en plastique susceptibles de contenir du bisphénol A (BPA). En effet, par exemple, l'exposition au BPA in utero pourrait favoriser, ultérieurement, des cancers chez les enfants.

Certains facteurs sont incriminés de façon convaincante dans la survenue de cancers.

Surpoids et obésité

Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de cancer. On a estimé que l’augmentation de 5 points de l’indice de masse corporel (IMC), accroissait le risque de cancer du sein de 8 % et jusqu’à 55 % pour le cancer de l’œsophage.

En France, pour l’année 2000, le surpoids et l’obésité auraient été responsables d’environ 2 300 décès par cancer. En 2007, le surpoids concernait 31 à 32 % de la population adulte et l’obésité 12 à 17 %.

Un changement de régime alimentaire qui se traduit par une consommation accrue d’aliments très énergétiques à haute teneur en graisses et en sucres et une diminution de l’activité physique peut entraîner un surpoids et une obésité.

Compléments alimentaires à base de bêta carotène

En France, environ 27 % des adultes, majoritairement des femmes, prennent des compléments alimentaires et notamment des antioxydants.

Il apparait que ces antioxydants augmentent le risque de cancer du poumon chez les femmes qui fument ou qui sont en contact avec l’amiante, mais le réduit chez les autres.

La survenue d’un cancer a de fortes répercussions sur la vie sociale, scolaire ou professionnelle, alors mettons tous les atouts de notre côté, et prenons en main notre santé.

(*) Source : INCa/NACRe 2009 "Nutrition et prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations". Expertise collective ANSES 2011 Nutrition et cancer.

Dernière mise à jour de l'article : 06/02/2017