Faux médicaments : vrai danger pour la santé

Mis à jour le 13 juin 2022

L’Organisation mondiale de la santé alerte : un produit médical sur 10 serait falsifié.

L’ensemble des pays est touché par la vente de faux médicaments, représentant une menace majeure pour la santé publique. En effet, ceux-ci sont inefficaces et peuvent aussi entrainer de graves problèmes de santé voire le décès des personnes qui les utilisent.

Ces médicaments falsifiés se vendent majoritairement sur des sites en ligne non réglementés. Dans certaines régions du monde, on peut les retrouver dans des marchés, des échoppes de rue et même parfois dans des pharmacies, des dispensaires et des hôpitaux.

Il est donc primordial d’acheter les médicaments en respectant un circuit validé.

Les médicaments falsifiés sont visuellement presque identiques au produit original cependant on peut les identifier en :

  • examinant le conditionnement pour contrôler l’état et constater d’éventuelles erreurs d’orthographe ou de grammaire ;
     
  • vérifiant les dates de fabrication et de péremption et en s’assurant que les dates sur le conditionnement extérieur correspondent à celles figurant sur l’emballage intérieur ;
     
  • s’assurant que le médicament ait un aspect correct, qu’il ne soit pas décoloré, dégradé ou qu’il n’ait pas une odeur inhabituelle ;

En cas de doute, demandez conseil à un professionnel de la santé et n’utilisez pas ces produits.

Pour exemple, au mois de novembre 2021, l’OMS a donné l’alerte sur un lot de médicament Combiart falsifié, identifié en Côte d’Ivoire, au Mali et au Tchad.

Le véritable médicament Combiart est indiqué et efficace pour traiter le paludisme.

Les caractéristiques de la falsification sont (cf. images ci-dessous) :

  • La différence entre la date de péremption figurant sur l’emballage (10/2021), et celle sur la plaquette thermoformée (10/2022) ;
  • La plaquette thermoformée du produit falsifié porte un numéro d’enregistrement tanzanien : TZ13H260.