S'abonner au flux RSS des actualités

Tous donneurs

Le don d’organes, il faut en parler.

Mis en ligne le vendredi 29 juin 2018

Aujourd’hui en France, 23 828 patients sont en attente d’une greffe, moins d’un tiers ont été greffés en 2017 (6 015 greffes) et plus de 500 sont décédés avant d’avoir été contactés. A ce nombre s’ajoutent les patients qui ont été retirés de la liste car leur état s’est tellement détérioré qu’ils sont devenus inopérables.
Tout le monde est présumé donneur mais il est possible de s’opposer au don, c’est pourquoi il est important de faire connaitre votre position à votre famille, pour faire respecter votre volonté.

En France, la loi repose sur le principe de la solidarité ainsi que sur le principe du consentement.


De ce fait, tout le monde est présumé donneur mais peut s’opposer au don total ou partiel de ses organes et tissus en s’inscrivant dans le Registre national des refus.


En effet, le don ne concerne pas uniquement les organes les plus demandés (poumon, cœur, rein…) mais également des tissus, comme la peau, les veines ou les tendons. Un seul donneur permet de greffer plusieurs malades.
En France, 57 000 personnes vivent grâce à une greffe.

Il est également possible de changer à tout moment sa position sur le don d’organes ou de tissus.
L’équipe médicale prendra en compte l’expression de la volonté la plus récente.

Pour que le choix de chacun soit entendu, bien compris et respecté de tous, il faut en parler.

 

 

Dernière mise à jour de l'article : 11/07/2018