S'abonner au flux RSS des actualités

POINT SUR

Les vaccins obligatoires depuis le 1er janvier 2018

Mis en ligne le vendredi 2 février 2018

Afin de réduire les cas de maladies infectieuses et d’enrayer les foyers épidémiques en France (épidémie actuelle de rougeole), le ministère des solidarités et de la santé a décidé d’élargir l’obligation vaccinale chez les nourrissons nés depuis le 1er janvier 2018, portant de 3 à 11 le nombre de vaccins obligatoires qui conditionnent l'admission ou le maintien en collectivité (école, crèche, centre de vacances).

Les huit vaccins (jusqu’alors recommandés) contre la Coqueluche, l’Haemophilus influenzae b, l’Hépatite B, le Méningocoque C, le Pneumocoque, la Rougeole, les Oreillons, et la Rubéole (dont bénéficient déjà plus de 70 % des enfants) sont devenus obligatoires depuis le 1er janvier 2018 chez l’enfant de moins de 2 ans né à partir du 1er janvier 2018, en plus des trois vaccins contre la Diphtérie, le Tétanos, la Poliomyélite.
Ce sont donc désormais 11 vaccins obligatoires qui devront être faits aux nourrissons.

Les maladies infectieuses évitables par ces vaccinations peuvent dans certains cas provoquer des complications physiques et neurologies graves, voire le décès (en France, 3 décès dus à la rougeole chez l’adulte depuis le début de l’année).
Il est donc indispensable de vacciner l’enfant dès son plus jeune âge, ce qui lui permet de renforcer son système immunitaire encore fragile et de se protéger contre ces maladies particulièrement virulentes.

En se faisant vacciner, on se protège mais on protège aussi les personnes les plus fragiles de son entourage (nouveau-nés, femmes enceintes, personnes souffrant d’une affection contre-indiquant la vaccination, personnes âgées…).

La vaccination a également pour objectif une protection collective en arrêtant la circulation d’un microbe : pour cela il est nécessaire d’atteindre un taux de vaccination suffisant, soit une couverture vaccinale supérieure ou égale à 95 %.

Pour les enfants nés à compter du 1er janvier 2018

Les 11 vaccinations obligatoires conditionnent désormais l’admission ou le maintien en collectivité (école, crèche, centre de vacances). Par conséquent, un enfant non vacciné avec les vaccins obligatoires ne pourra pas être admis ou maintenu dans celles-ci, sauf sauf lorsqu’un certificat médical de contre-indication atteste que l’une ou plusieurs de ces vaccinations est contre indiquée. Ce certificat visera obligatoirement une vaccination et non l’ensemble des vaccins.

La preuve de leur réalisation est normalement exigée depuis le 1er juin 2018 (sur présentation du carnet de santé de l’enfant, ou d’un certificat établi par un professionnel de santé habilité).

Les parents (ou les titulaires de l’autorité parentale) d’enfants n'ayant pas reçu ces vaccinations obligatoires, peuvent faire l’objet de poursuites pénales.

Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018

Seules les vaccinations contre la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite sont exigées pour leur entrée ou leur maintien en collectivité. Mais les 8 autres vaccinations sont vivement recommandées

La CNMSS rembourse les vaccins obligatoires du nourrisson à 65 %, les 35 % restants sont pris en charge par les organismes complémentaires.

Le vaccin ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole) est pris en charge à 100 % pour les enfants et les jeunes de 12 mois à 17 ans révolus.

 

Bilan des actions de la CNMSS pendant la Semaine européenne de la vaccination 2018

 

Dans le cadre de la Semaine européenne de la vaccination (SEV) programmée du 23 au 29 avril 2018, les Antennes de la CNMSS implantées à Bordeaux, Brest, Metz, Lyon, Paris ainsi que le siège de Toulon ont tenu des stands d'information dans les structures « petite enfance » de l’IGeSA et dans certains Hôpitaux d'Instruction des Armées.

Le thème de cette année était « la vaccination du nourrisson » dans un contexte d’épidémie de rougeole et d’entrée en vigueur de l’extension des obligations vaccinales de 3 à 11 vaccins de l’enfant de moins de deux ans né depuis le 1er janvier 2018.

Grâce à ces actions de terrain, 2 486 personnes ont ainsi été sensibilisées à l’importance de la vaccination pour se protéger et protéger son entourage.

Dernière mise à jour de l'article : 12/07/2018