S'abonner au flux RSS des actualités

Assurance maladie

Médicaments génériques : ce qui a changé en 2020

Mis en ligne le mardi 14 janvier 2020

Les médicaments génériques sont des médicaments comme les autres : ils sont sûrs, fiables et efficaces et le pharmacien doit vous le délivrer de préférence aux autres médicaments.
Si toutefois le médecin ne souhaite pas de substitution par un générique, il doit désormais apporter des mentions complémentaires justificatives sur l'ordonnance pour vous faire bénéficier du tiers payant.

Les médicaments génériques ça s’explique

Le médicament générique a les mêmes principes actifs, le même dosage, et le même mode d’administration que le médicament original. Son efficacité est identique. Seuls certains composants sans activité thérapeutique comme l’enrobage peuvent être différents.

Vraiment économiques

La vraie différence entre médicaments génériques et d’origine, c’est leur prix. Ils sont en moyenne moins chers.

En acceptant un générique vous contribuez à réaliser des économies pour la sécurité sociale et vous permettez ainsi d’améliorer la prise en charge de certaines maladies.

Tiers payant contre générique

Le dispositif  « Tiers-payant contre générique » consiste à réserver le tiers payant aux personnes qui acceptent la délivrance des médicaments génériques.

En l'absence de mention sur l'ordonnance, si vous refusez le générique proposé par votre pharmacien, vous devrez régler la facture qui sera établie sur une feuille de soins « papier ».  Son traitement est moins rapide, le délai de remboursement en sera rallongé et le tarif de remboursement sera minoré.

La substitution pas systématique

Votre pharmacien vous propose un générique. Faites-lui confiance.

Depuis le 1er janvier 2020 votre médecin peut indiquer, s’il y a lieu, l’une des mentions suivantes sur l’ordonnance :

  • EFG,  il n’existe pas de générique adapté à l’âge du patient de moins de 6 ans.
  • MTE, le médicament est dit « à marge thérapeutique » et figure parmi les médicaments suivants (principe actif) : lamotrigine, pregabaline, zonisomide,  lévétiracétam, topiramate , valproate de sodium, lévothyroxine, mycophénolate mofétil, buprénorphine, azathioprine, ciclosporine,  évérolimus, mycophénolate sodique.
  • CIF, si vous présentez une contre-indication formelle démontrée à un excipient à effet notoire.


Si l’une de ces trois mentions est portée sur l’ordonnance votre pharmacien vous délivrera le médicament d’origine et vous fera bénéficier du tiers payant.


Dernière mise à jour de l'article : 04/05/2020