S'abonner au flux RSS des actualités

PREVENTION

TMS : Mal au travail

Mis en ligne le jeudi 4 avril 2019

La CNMSS porte une attention particulière à la prévention des TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) concernant ses assurés militaires.

Les TMS sont à l’origine de douleurs et de déficits fonctionnels gênant l’activité professionnelle. Ils touchent l’appareil locomoteur et sont multifactoriels.

Les TMS peuvent être générés ou aggravés suivant votre état physique :

  • par votre environnement professionnel (liés au poste de travail et/ou son organisation, à l’environnement professionnel, au stress …)
  • par votre environnement extra-professionnel (sport, jardinage, bricolage…)

En tant que militaire d’active

Selon l’intensité de votre entrainement physique et sportif et selon votre spécialité d’appartenance, vous pouvez développer un risque de TMS important.

Ces TMS sont susceptibles d'engendrer un handicap durable et d'entrainer une inaptitude temporaire voire permanente au service. Afin que ces maladies ne deviennent pas chroniques, elles doivent être diagnostiquées et prises en charge précocement.

Vous devez donc en parler à votre médecin d’unité ou à votre médecin traitant dès l’apparition des premiers signes de gêne.

Ce dernier sera compétent pour définir en collaboration avec votre hiérarchie et le chargé de prévention un aménagement de poste ou un entraînement physique adapté.

Les TMS sont pris en compte en santé au travail

Il est essentiel de connaitre les facteurs de risque pour favoriser la prise de mesures destinées à modifier le comportement individuel et professionnel.

Les TMS peuvent être engendrées par les postures de travail contraignantes et inconfortables, de longue durée, ainsi que par des gestes répétitifs.

Elles touchent les articulations, les muscles, les tendons, les ligaments, au niveau des membres supérieurs (épaule, coude, poignet), de la colonne vertébrale, et des membres inférieurs (genoux, hanches…). Les affections les plus fréquentes sont les lombalgies, les cervicalgies, les douleurs articulaires, les tendinites et le syndrome du canal carpien.

Dernière mise à jour de l'article : 04/04/2019