Quiz "Idées reçues sur le cancer"

Idées reçues sur le cancer

  • Je prends des compléments alimentaires, est-ce que cela peut déclencher un cancer ?

    • VRAI
    • FAUX

    La consommation de compléments alimentaires contenant du bêta-carotène à forte dose (égal ou supérieur à 20 mg/j) augmente le risque de cancer du poumon chez les fumeurs et chez les sujets exposés à l'amiante. Pour d'autres types de compléments alimentaires, la balance bénéfices/risques est incertaine.


    En France, environ 27 % des adultes, majoritairement des femmes, prennent des compléments alimentaires et notamment des antioxydants.

    La consommation de compléments alimentaires n'est pas anodine, parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien. Il est fortement conseillé d'équilibrer et de diversifier son alimentation.

  • Le tabac est-il un des premiers facteurs de risque évitable de cancers ?

    • VRAI
    • FAUX

    Le tabac est la cause directe ou un facteur favorisant pour de nombreux types de cancers.

    Il est responsable de plus de 8 cancers du poumon sur 10.

    Le tabac constitue ainsi le facteur de risque évitable de cancer le plus important : on estime que, sans tabac, près d'un tiers des décès par cancer pourraient être évités.

    L’arrêt du tabac est bénéfique pour la santé, quel que soit votre âge. Le risque de cancer diminue au fur et à mesure que passent les années sans tabac. Même le tabagisme passif, c’est à dire l’exposition au tabac d’une personne non fumeuse à la fumée de l’entourage, concourt au risque de développer un cancer.

    J’ai décidé d’arrêter de fumer, qui peut m’aider dans ma démarche ?

    La CNMSS vous accompagne dans l’arrêt du tabac.

    Elle rembourse certains substituts nicotiniques (patchs, gommes, pastilles, inhalateur…) au titre de l’assurance maladie sur prescription médicale au taux de 65%. Cette modalité de prise en charge permet de supprimer l’avance des frais chez le pharmacien.

    Tabac info service

    Ce service propose un suivi personnalisé et gratuit, à votre disposition toute l'année au 3989 (du lundi au samedi de 8h à 20h, service gratuit + coût de l'appel).

  • L’alimentation peut avoir une influence sur le risque de développer un cancer ?

    • VRAI
    • FAUX

    De nombreuses études ont mis en évidence l’influence des facteurs nutritionnels sur le risque de développer un cancer.

    Ainsi, une alimentation équilibrée et diversifiée, privilégiant les fibres, les fruits et légumes, associée à une activité physique régulière, peut réduire votre risque de développer un cancer.

  • Une bonne crème solaire suffit-elle à me protéger du soleil ?

    • VRAI
    • FAUX

    La crème solaire ne suffit pas à protéger votre peau du soleil.

    Mieux vaut même privilégier la protection vestimentaire (tee-shirt et chapeau). En effet, même les produits solaires les plus efficaces ne filtrent pas la totalité des UV, notamment les UVA.

    La crème n’en reste pas moins importante, en complément des autres précautions, pour protéger les zones du corps restant découvertes. Quelle que soit la nature de votre peau, il est important de vous protéger. En effet on compte 60 000 cancers de la peau par an en France.

    Il est donc important d’adopter les bons réflexes pour vous protéger du soleil et prendre soin de votre peau :

    • Une protection solaire efficace et adaptée est indispensable
    • Renouveler fréquemment l'application de crème solaire haute protection anti-UVB et anti-UVA surtout dans des zones à risque tel que la montagne, mer …)
    • Éviter de s'exposer au soleil entre 12h et 16h
    • Rechercher l'ombre
    • Porter une protection vestimentaire qui stoppe les UV
    • Ne pas avoir recours au bronzage artificiel
    • Surveiller votre peau et consulter régulièrement un médecin pour diagnostiquer des lésions éventuelles
  • Si je bois de l’alcool, est ce que je peux avoir un cancer ?

    • VRAI
    • FAUX

    Il n’est pas possible d’établir une frontière nette entre une consommation d’alcool qui serait sans risque pour la santé et une consommation dangereuse ou excessive. En effet, même une consommation faible présente des risques.


    L’alcool est responsable de 15 000 décès par cancer par an. Il représente le deuxième facteur de risque de cancer après le tabac, surtout s'il lui est associé.


    L'alcool est classé cancérigène pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).


    Il a été démontré que le risque de développer un cancer des voies aérodigestives supérieures diminue après 10 ans d'arrêt de la consommation d'alcool et qu'après 20 ans, il ne diffère plus significativement de celui des personnes qui n'ont jamais bu.


    Si vous estimez avoir besoin d'une aide pour limiter ou arrêter votre consommation d'alcool, vous pouvez en parler avec votre médecin traitant ou vous rendre dans un centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), qui peut vous proposer gratuitement un soutien ou un suivi individuel.

    • Vous pouvez aussi bénéficier d'une écoute et d'un soutien sur Internet via Alcool Info Service, ou joindre ce service par téléphone au 0980 980 930 (de 8h à 2h, coût d'un appel local).
  • Ça ne sert à rien de se faire dépister quand on n’a pas de symptômes ?

    • VRAI
    • FAUX

    Depuis 100 ans, la Ligue Nationale contre le Cancer finance la recherche médicale. Le but du dépistage est de mettre en évidence une anomalie le plus précocement possible, en l’absence de  signes, avant que la maladie ne s’aggrave.

    C’est pour cela que des campagnes de prévention (frottis, cancer du sein, cancer colorectal) sont proposées et qu’il faut suivre les recommandations.

    Une mammographie par exemple, peut permettre de déceler des lésions trop petites pour être perçue à la palpation. Ces lésions peuvent être bénignes, mais s’il s’agit d’un cancer, plus il sera détecté tôt, moins son traitement sera lourd et plus grandes seront les chances de guérison.

     

     

  • Je peux prévenir certains risques de cancer en me faisant vacciner ?

    • VRAI
    • FAUX

    Des virus peuvent aussi être à l'origine de certains cancers comme celui du foie souvent dû à des complications de l’hépatite B ou celui du col de l'utérus relié au papillomavirus humain.

    Lorsqu’il existe un vaccin adapté,  je peux réduire un risque de cancer en me faisant vacciner.

    Les cancers du col de l’utérus sont principalement provoqués par des virus de la famille des papillomavirus humains (HPV) ; ces virus se transmettent par voie sexuelle. En général, le corps parvient à les éliminer mais, dans certains cas, ces infections peuvent persister et provoquer des lésions au niveau du col de l’utérus. Ces lésions sont susceptibles, pour certaines, d’évoluer à terme vers un cancer.

    Il existe deux moyens complémentaires de limiter ce risque : un test de dépistage, tous les trois ans, pour toutes les femmes de 25 à 65 ans et une vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) pour les jeunes filles à partir de 11 ans.

    Vaccination de l’hépatite B : Possibilité de se faire vacciner dès l’âge de 2 mois suivant le calendrier vaccinal 2019.

    Attention, la vaccination complète le dépistage mais ne s’y substitue pas.

  • Informations complémentaires

    Le cancer constitue encore aujourd'hui la première cause de mortalité en France.

    Le développement d’un cancer peut être favorisé par des agressions externes souvent liées à nos modes de vies ainsi qu’à nos comportements et sur lesquelles nous pouvons être acteur.

    La prévention du cancer passe par la modification des habitudes de vie, aussi, voici quelques conseils pour limiter le risque :

    •  Arrêter de fumer et limiter la consommation de boissons alcoolisées
    •  Limiter la consommation de viande rouge et de charcuterie
    •  Augmenter la consommation de fibres alimentaires : légumes verts, légumes secs et céréales peu transformées (400 g/j)
    •  Augmenter l’activité physique (exemple : 30 min/j, 5 j/sem, activité modérée type marche rapide)
    •  Maintenir son poids dans les limites d’un poids normal : c'est-à-dire un indice de masse corporelle (IMC) compris entre 25 et 27 kg/m2
    •  Connaitre les antécédents de votre famille car certains cancers sont fortement liés à l’hérédité

    Nous vous remercions d'avoir participé à ce QUIZ.

    • Vous pouvez aussi vous informer sur le site de l'INCA
Cet article vous a été utile ?

Dernière mise à jour de l'article : 04/02/2019