Quiz "Idées reçues sur le cancer"

Idées reçues sur le cancer

  • Je prends des compléments alimentaires, j'augmente mes risques d'avoir un cancer.

    • VRAI
    • FAUX

    La consommation de compléments alimentaires contenant du bêta-carotène à forte dose (égal ou supérieur à 20 mg/j) augmente le risque de cancer du poumon chez les fumeurs et chez les sujets exposés à l'amiante. Pour d'autres types de compléments alimentaires, la balance bénéfices/risques est incertaine.
    En France, environ 27 % des adultes, majoritairement des femmes, prennent des compléments alimentaires et notamment des antioxydants.

    La consommation de compléments alimentaires n'est pas recommandée. Il est fortement conseillé d'équilibrer et de diversifier son alimentation sans recourir à ceux-ci.

  • Est-ce que je dois m’arrêter de fumer puisqu’il existe un grand nombre de facteurs de risque de cancers ?

    • VRAI
    • FAUX

    Le tabac est de loin le principal facteur de risque évitable de cancers en France et dans le monde.

    L’arrêt du tabac est bénéfique pour la santé, quel que soit votre âge. Le risque de cancer diminue au fur et à mesure que passent les années sans tabac.

    J’ai décidé de m’arrêter de fumer, la CNMSS peut m’aider dans ma démarche en prenant en charge les traitements par substituts nicotiniques (inhalateur, patch, pastilles, gommes...) à hauteur de 150 € par an.

  • Est-ce que le fait d’être en surpoids est un facteur de risque de cancer ?

    • VRAI
    • FAUX

    Le surpoids et l’obésité augmentent le risque de cancer. On a estimé que l’augmentation de 5 points de l’indice de masse corporel (IMC), accroissait le risque de cancer du sein de 8 % et jusqu’à 55 % pour le cancer de l’œsophage. Il peut entrainer également des troubles importants tels que des problèmes respiratoires ou un risque cardiovasculaire.

    On parle d'obésité à partir d'un niveau de surpoids défini selon l'âge, le sexe et l'indice de masse corporelle (ou IMC).

    L'IMC se calcule en faisant le rapport du poids (en kilos) divisé par la taille (en mètre) élevée au carré, soit :

    IMC= Poids (kg) / Taille²(m²)

     Une tendance à la diminution de l’activité physique et une alimentation trop riche en calories, entrainent souvent une obésité.


    L'alimentation fait partie des comportements sur lesquels on peut agir pour prévenir les cancers mais la prévention du cancer par la nutrition ne peut se résumer à un aliment miracle.


    Il s’agit d’équilibrer ses consommations L’alimentation agit à la fois comme un facteur de protection (les aliments reconnus pour leur rôle protecteur contre certains cancers, comme les fibres alimentaires) et un facteur de risque (les aliments qui, consommés en excès, favorisent le développement d'un cancer comme les boissons alcoolisées, les viandes rouges, les charcuteries et le sel).


    Il est conseillé de consommer :

    •    Au moins 5 portions de fruits et légumes par jour (par exemple, 3 portions de fruits et 2 légumes ou 4 de légumes et une de fruits), soit environ 400 g, quelle que soit leur forme (crus, frais, en conserve ou surgelés). …
    •    Quotidiennement des produits laitiers (le lait et les boissons à base de lait, les yaourts, les petits suisses, les fromages blancs et les fromages (frais, affinés…), qui sont un facteur favorable à la prévention du cancer colorectal. Les produits à base de lait riches en graisses (beurre, crème) ou en sucres (crèmes dessert ou glaces) ne sont pas inclus sous l’appellation « produits laitiers » du Programme national nutrition santé (PNNS).
    •     Il est conseillé de consommer chaque jour et à chaque repas des aliments contenant des fibres, tels que les aliments céréaliers complets et les légumes secs (lentilles, haricots secs…).
    •   L'activité physique, qu'elle soit sportive ou pratiquée dans le cadre de la vie courante ou professionnelle, a de nombreux effets bénéfiques sur la santé, notamment pour la prévention de maladies chroniques comme les cancers.

     

     

  • J'augmente mes risques de cancer si je m'expose au soleil sans protection.

    • VRAI
    • FAUX

    L’exposition au soleil est un facteur majeur d’augmentation du risque de cancers de la peau (mélanome). On peut prévenir les cancers de la peau en se protégeant des UV par des vêtements protecteurs, et en examinant sa peau de façon à signaler à son médecin tout changement d’aspect.

    Le cancer de la peau est un cancer qui se détecte à l’œil nu, il est donc recommandé :

    • de ne pas s’exposer et/ou se protéger du soleil,

    • d’effectuer un auto-examen régulier de sa peau,

    • de consulter son médecin en cas d’apparition, de modification ou d’aspect anormal d’une lésion sur la peau,

    • chacun peut, de plus, bénéficier une fois par an d’une consultation de dépistage chez son dermatologue sans passer par son médecin traitant.
  • Si je bois de l’alcool est ce que je peux avoir un cancer ?

    • VRAI
    • FAUX

    Il n’est pas possible d’établir une frontière nette entre une consommation d’alcool qui serait sans risque pour la santé et une consommation dangereuse ou excessive. En effet, même une consommation faible présente des risques.


    L’alcool est responsable de 15 000 décès par cancer par an. Il représente le deuxième facteur de risque de cancer après le tabac.


    L'alcool est classé cancérigène pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).


    Il a été démontré que le risque de développer un cancer des voies aérodigestives supérieures diminue après 10 ans d'arrêt de la consommation d'alcool et qu'après 20 ans, il ne diffère plus significativement de celui des personnes qui n'ont jamais bu.


    Si vous estimez avoir besoin d'une aide pour limiter ou arrêter votre consommation d'alcool, vous pouvez en parler avec votre médecin traitant ou vous rendre dans un centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA), qui peut vous proposer gratuitement un soutien ou un suivi individuel.


    Vous pouvez aussi bénéficier d'une écoute et d'un soutien sur Internet via Alcool Info Service, ou joindre ce service par téléphone au 0980 980 930 (de 8h à 2h, coût d'un appel local).

  • Ça ne sert à rien de se faire dépister quand on n’a pas de symptômes

    • VRAI
    • FAUX

    Depuis 100 ans, la Ligue Nationale contre le Cancer finance la recherche médicale. Le but du dépistage est de mettre en évidence une anomalie le plus précocement possible, en l’absence de  signes, avant que la maladie ne s’aggrave. Une mammographie par exemple, peut permettre de déceler des lésions trop petites pour être perçue à la palpation. Ces lésions peuvent être bénignes, mais s’il s’agit d’un cancer, plus il sera détecté tôt, moins son traitement sera lourd et plus grandes seront les chances de guérison.

    Besoin d'autres précisions sur les idées reçues sur le cancer et ses causes ? Consultez l’INCA sur
    http://www.e-cancer.fr/

  • Nous vous remercions d'avoir participé à ce QUIZ.

    Pour d'autres précisions, consultez l'article complet.

Cet article vous a été utile ?

Dernière mise à jour de l'article : 09/03/2018