VIH/SIDA

L’infection par le VIH/Sida est une Infection Sexuellement Transmissible (IST).

Le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) entraîne une destruction progressive des cellules du système immunitaire. Le SIDA (syndrome d'immunodéficience acquise) est le dernier stade de l'infection par ce virus et correspond au développement d'une ou plusieurs maladies opportunistes ou de l'un des cancers liés au VIH chez les personnes infectées.

Trois modes de transmission ont été observés :

  • par voie sexuelle (lors de rapports non protégés)
  • par voie sanguine (à travers un contact avec du sang contaminé)
  • de la mère porteuse du virus à l'enfant (lors de la grossesse, au moment de l'accouchement ou de l'allaitement)

Prévention

L’usage du préservatif (masculin ou féminin) pour chaque rapport (buccal, vaginal ou anal) reste  le seul moyen de protection efficace pour éviter la contamination par le VIH puisqu'il n'existe aucun vaccin permettant de se protéger du virus.

Nouveauté : Remboursement des préservatifs

L’assurance maladie rembourse dans le cadre de la prévention des 8 infections sexuellement transmissibles : virus de l’immunodéficience humaine (VIH), virus de l’Herpès simplex (HSV-2), papillomavirus (HPV), hépatite B, syphilis, chlamydia, gonorrhée, trichomonas (Arrêté du 21/11/2018 paru au JO du 27/11/2018), certains préservatifs masculins aux personnes (hommes et femmes) âgées de 15 ans et plus sur prescription médicale d’un médecin ou d’une sage-femme depuis le 10 décembre 2018.

Les usagers de drogues ne doivent jamais partager ni seringue, ni matériel utilisé pour la préparation du produit, ni paille. (Les seringues et trousses de prévention sont en vente libre en pharmacie et les associations menant des actions de prévention distribuent gratuitement du matériel d'injection).

Un test de dépistage du VIH est systématiquement proposé aux femmes enceintes. Un traitement antirétroviral est proposé en cas de séropositivité. Quand une mère est atteinte par le VIH, l'allaitement est tout à fait déconseillé.

Dépistage

Par sécurité et pour protéger mes partenaires, je me fais dépister du VIH si je pense avoir pris un risque ou au moindre doute.

Je m'informe auprès de mon médecin, de mon pharmacien, ou dans un centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic (CEGIDD).

Des autotests sanguins VIH sont désormais disponibles dans les pharmacies. Ils ne sont pas pris en charge par l'assurance maladie.

 

Traitement

Post-exposition sexuelle

Après un rapport sexuel à risque (rapport non protégé, rupture du préservatif), je consulte le service des urgences hospitalières dès que possible (au mieux dans les 4 heures et au plus tard dans les 48 heures) et si possible avec ma ou mon partenaire.
Le médecin évaluera le risque et la nécessité de me prescrire un traitement post-exposition (TPE) pour réduire nettement la contamination possible par le VIH.

Personnes infectées

Pour les personnes infectées par le virus VIH, il existe des traitements antirétroviraux, qui, pris le plus tôt possible, permettent de retarder l'apparition du stade sida en bloquant la multiplication du virus. Ces traitements entraînent une augmentation de l'espérance de vie des personnes séropositives mais pas une guérison.

Le traitement du VIH est pris en charge à 100 % par l'assurance maladie au titre des affections de longue durée (ALD).

 

Cet article vous a été utile ?

Dernière mise à jour de l'article : 06/03/2019