Vaccin contre les infections à papillomavirus humains (HPV)

Avec le dépistage par frottis cervical, la vaccination contre certains papillomavirus humains (HPV) est un des moyens de prévention du cancer du col de l’utérus. Elle complète le dépistage mais ne s’y substitue pas.

Le calendrier vaccinal 2018 recommande cette vaccination pour les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, et dans le cadre du rattrapage vaccinal pour les jeunes filles et jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans révolus. La vaccination est d’autant plus efficace que les jeunes filles et les jeunes femmes n’ont pas encore été exposées au risque d’infection par le HPV.

La vaccination contre certains papillomavirus humains HPV est également recommandée pour :

•    Les patients immunodéprimés des deux sexes (La vaccination HPV est recommandée aux mêmes âges que dans la population générale, avec un rattrapage jusqu'à l'âge de 19 ans révolus).
•    Les enfants des deux sexes, candidats à une transplantation d'organe solide (La vaccination HPV peut être initiée dès l'âge de 9 ans).
•    Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (Le vaccin est mis à la disposition des hommes, jusqu'à l'âge de 26 ans révolus, dans les Centres d'Information, de dépistage et de diagnostic CeGIDD et les centres de vaccination afin de les protéger contre les infections à HPV).

A noter : En cas de retard, il est inutile de tout recommencer, il suffit de compléter avec la ou les doses manquantes. Les vaccins ne sont pas interchangeables et toute vaccination débutée avec l'un doit être continuée avec le même vaccin.

Remboursement:

Deux vaccins sont actuellement disponibles sur le marché (GARDASIL et CERVARIX).

La CNMSS prend en charge ces vaccins au taux de 65 % et l’injection selon les modalités habituelles au taux de :

  • 70 % si la vaccination est effectuée par le médecin traitant
  • 60 % si elle est réalisée par l’infirmière (prescription du médecin traitant obligatoire)

La vaccination peut être gratuite dans certains centres de vaccination, municipaux ou départementaux. Pour les personnes qui bénéficient de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C),  la prise en charge est à 100 % et sans avance de frais.

Ce vaccin ne protège pas de toutes les HPV responsables de cancer ou de lésions précancéreuses du col de l’utérus, il est indispensable que les femmes, à partir de 25 ans, même vaccinées, bénéficient régulièrement d’un frottis cervical afin de dépister ces lésions le plus précocement possible.

Cet article vous a été utile ?

Dernière mise à jour de l'article : 09/07/2018