Les maladies vectorielles

Ces maladies transmises par la piqûre d’un moustique peuvent être graves, parfois mortelles.

 Paludisme

Il n'y a pas de vaccin disponible contre le paludisme.

Un traitement préventif antipaludique s´impose avant, pendant et après le séjour dans les zones exposées. Ce traitement est prescrit par un médecin qui tient compte des zones visitées, de la durée du séjour ainsi que de la personne (âge, poids, antécédents, pathologies, intolérance aux antipaludiques, grossesse).

Ce traitement est pris en charge :

Pour le militaire affecté : en intégralité par le service de santé des armées.

Pour les ayants droit : 70% par la CNMSS et 30% par la mutuelle UNEO si ils y sont affiliés.

Le remboursement du traitement préventif antipaludique interviendra sur présentation des pièces suivantes :

  •     Prescription médicale
  •     Feuille de soins délivrée par le pharmacien et acquittée par vos soins
  •     Ordre de mutation ou attestation sur l´honneur en tenant lieu, précisant que les ayants droit sont autorisés à vous accompagner
  • La rubrique du site de l'Institut Pasteur consacrée au paludisme.

 

 La dengue et le chikungunya

Il n’existe ni vaccin ni traitement spécifique contre ces deux maladies virales

 

  • La rubrique du site de l'Institut Pasteur consacrée à la dengue.
  • La rubrique du site de l'Institut Pasteur consacrée au chikungunya.

Le Zika


Il n’existe ni vaccin ni traitement spécifique contre cette maladie virale. Outre la transmission par piqûre de moustique, cette maladie peut se contracter par voies sexuelles ou de la mère à l’enfant.

Femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse

Il est recommandé aux femmes enceintes, ou ayant un projet de grossesse, souhaitant se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur voyage ou de consulter préalablement un médecin pour être informées des complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika.

Si elles ne peuvent ou ne veulent différer leur voyage, elles doivent renforcer les mesures de protection antivectorielles et les bonnes pratiques relatives à l’utilisation des produits insecticides et répulsifs.

 


Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international rappelle que la décision d’annuler ou de maintenir un voyage à l’étranger appartient au seul voyageur.

Le Ministère des Affaires sociales et de la Santé a pris des mesures exceptionnelles relatives à la prise en charge des actes et consultations recommandées aux femmes enceintes exposées à un risque d'infection par le virus Zika.

  • Consulter la rubrique du site de l'Institut Pasteur consacrée au Zika.

Lutte antivectorielle


Le principal moyen de lutter contre ces maladies passe par la mise en place de mesures de protections individuelles et des actions de prévention collectives permettant aux militaires et à leur famille de mieux se protéger des piqûres de moustiques. C’est la lutte antivectorielle :

  •    Application de produits répulsifs anti-moustiques cutanés
  •    Utilisation de moustiquaires de lit imprégnées d´insecticide
  •    Port de vêtements couvrants imprégnés d'insecticides, dès le coucher du soleil quand les moustiques sévissent
  •    Suppression des points d'eau stagnante susceptibles de devenir des réservoirs de moustiques
  •    Installation de moustiquaires aux fenêtres et l’utilisation de la climatisation

Prise en charge par la CNMSS

La CNMSS a décidé dans le cadre de ses actions de prévention de prendre en charge les produits répulsifs cutanés nécessaires pour lutter contre les moustiques, pour le militaire et les membres de sa famille autorisés à l'accompagner relevant de la CNMSS.

La prise en charge correspond à un produit par mois et par bénéficiaire dans la limite de 3 mois quelle que soit la durée de l'affectation.
En cas d’épidémie déclarée, la prise en charge d’un produit par mois est étendue au-delà des 3 mois et concerne également les ressortissants de la CNMSS pensionnés qui résident dans la zone concernée.

Ces produits doivent figurer sur la liste publiée par l´INVS (Institut national de veille sanitaire) :

Comment obtenir le remboursement ?

Les justificatifs à fournir sont :

  • la facture acquittée par le pharmacien, pour chaque bénéficiaire
  • la photocopie de l´ordre de mutation ou une attestation sur l´honneur indiquant que les ayants droit sont autorisés à vous accompagner (à joindre aux factures)

 

Zones à risque

Il est fortement conseillé de se renseigner sur les foyers épidémiques. 

Cet article vous a été utile ?

Dernière mise à jour de l'article : 10/01/2019